Nos partenaires

LogoIRD-Mtl200x100
FondationSourdQuebec200x100
CIUSSScapnatcouleur200x100
Elans200x100
LogoAQEPAcouleur1
CHU
AuditionQuebec

AICQ-fille

Visiteurs

Aujourd'hui 8

Semaine 85

Mois 813

Total 59606

Kubik-Rubik Joomla! Extensions

Suivez-nous

 
 L'audiologiste est le professionnel de la santé surtout impliqué dans l'évaluation et la rééducation des troubles auditifs.
  
NicolasRParmi les domaines dans lesquels il peut se spécialiser, il y a le passionnant domaine des implants cochléaires! C'est dans ce domaine que j'œuvre et je viens vous décrire, concrètement, en quoi consiste ma pratique.
  
Le premier aspect de ma pratique est l'examen des dossiers référés au Centre québécois d'expertise en implant cochléaire. Lorsqu'un audiologiste, un audioprothésiste ou un médecin ORL rencontre un patient pouvant potentiellement bénéficier de cette intervention, le dossier médical et audiologique m’est envoyé. Je l'étudie alors pour déterminer comment le processus d'évaluation se déroulera, et comment l'entamer.
  
Puis, vient la première rencontre d'évaluation avec le patient qui est convoqué au Centre d'expertise. Le but ultime du processus d'évaluation est de s’assurer que la pose de l'implant cochléaire sera avantageuse pour le patient, que les bénéfices seront supérieurs aux risques et que les performances attendues avec l'implant cochléaire seront supérieures à celles des aides auditives conventionnelles ou à d'autres types d'implant auditif. Ma rencontre avec le patient consiste essentiellement à questionner, à analyser la surdité et son évolution ainsi qu’à présenter cette technologie et les implications. Cette rencontre se termine habituellement avec une consultation auprès d'un des chirurgiens pour procéder à l'évaluation médicale. Je discute préalablement avec le chirurgien, puis ensemble, nous rencontrons le patient. Ensuite, je complète les rapports et j’envoie le dossier pour la suite du processus (habituellement pour l'évaluation des habiletés auditives, psychologiques, etc.).
  
Je participe aussi au comité de sélection. Environ une fois par mois, se tient une rencontre entre les différentes disciplines: médecins, audiologistes, psychologues, orthophonistes, etc. pour discuter de chacun des dossiers et pour prendre les décisions: acceptations, report ou refus du dossier, choix d'oreille à opérer, etc. Il s'agit du fameux comité de sélection où sont également discutées les décisions à prendre pour le programme ainsi que les dernières avancées scientifiques dans notre domaine.
  
Lorsque les décisions sont prises et que le patient est avisé, vient la rencontre pré-opératoire, habituellement la veille de la chirurgie. Le choix du type d'implant cochléaire et de processeur est discuté et je donne les dernières consignes avant le grand moment.
  
J’interviens aussi en salle d’opération. À la fin de chaque chirurgie d'implant cochléaire, le chirurgien m’invite à le rejoindre afin d’effectuer quelques tests confirmant le bon fonctionnement de l'implant et du nerf auditif.
  
Après un mois de convalescence, je revois le patient pour la première activation de l'implant cochléaire. C’est là que commence mon mandat le plus important: accompagner le patient dans la (re)découverte d'un nouvel environnement sonore et établir les meilleurs réglages possibles pour bien commencer la période de réadaptation. Cette portion de mon travail varie énormément selon les patients à accompagner et les technologies à maîtriser. En effet, le Centre d'expertise travaille avec les quatre manufacturiers d'implant cochléaire et les différents types d'implants, comme les implants électro-acoustiques par exemple.
  
Ensuite, je revois régulièrement le patient implanté dans des rencontres de contrôles qui visent à assurer l'adaptation de la programmation. En effet, des changements peuvent survenir dans l'oreille interne, demandant un ajustement des niveaux de courant électriques envoyés par l'implant. C’est également de l'occasion de mettre à jour la programmation aux dernières évolutions technologiques.
  
En tant que technologie de pointe en plein développement et dans un marché compétitif, l'implant cochléaire nécessite énormément de formation continue, autant au Québec qu'à l'étranger. Voilà un autre aspect essentiel à ma pratique d’audiologiste.
  
Finalement, comme audiologiste, j’ai un mandat de recherche. Je suis donc appelé à collecter et à analyser des données pour des projets de recherche du Centre.
  
Bref, je ne vous présente qu’un résumé de ce travail très varié, stimulant et surtout très valorisant.
  
Nicolas Rouleau, MPA
 Audiologiste
 Centre québécois d'expertise en implant cochléaire