Vous trouvez ici des témoignages de personnes implantées, de conjoints vivant avec une personne implantée, de parents vivant avec un enfant implanté ou de personnes oeuvrant au sein de l'Association des implantés cochléaires.

Bonne découverte!

 

Le vendredi 25 novembre 2016,
Mme Marie-Pierre Lachapelle
 
avocate, bi-implantée et mère de famille
 
a livré un beau témoignage.
 
 
Mme Danielle Saint-Mleux-Limoges nous raconte... 
 

Maurice, votre histoire est inspirante.
Maurice
Merci à MED-EL d'avoir capté ce beau témoignage de Maurice
et de nous permettre de le diffuser ici... sur notre site.
DanielleRobertÀ DEUX…C’EST MIEUX !
 

Si nous avons deux oreilles c’est pour entendre sons, paroles et bruits en stéréophonie. Lorsque nous perdons l’audition d’un côté c’est un moindre mal car on est encore en mesure d’entendre. On a plus de difficulté à percevoir la direction de ce que l’on entend puisque tout est dirigé vers la bonne oreille. Il faut par conséquent s’ajuster.

C’est mon histoire….!!!

 

Eric Dalpe    MON NOM EST: ÉRIC DALPÉ

... Je demeure à Dunham, dans les Cantons-de-l'Est à environ une heure de route de Montréal.  J'ai 40 ans, je suis marié et père de deux beaux enfants, dont une fille de 9 ans et un garçon de 12 ans qui, en passant, ne sont pas sourds.

Je suis né avec une surdité profonde et ce n’est qu’à l'âge de trois ans que l’on a découvert que j’étais sourd. J'ai eu beaucoup de suivis à l’Hôpital de Montréal pour enfants durant ma jeunesse. J'ai fait mon parcours scolaire normal en obtenant mon D.E.S. en 1992. Je suis à l'emploi de la ville de Dunham dans le département de la collecte des ordures et matières recyclables. Je suis chauffeur-opérateur d'un camion muni d'un bras pour une collecte automatisée. J'ai obtenu ma licence de chauffeur de camions en 1997 et j’en suis très fier.

NicoleG12novdes mots1 IRDPQ 12 Novembre 2014

Que cela nous soit profitable et grand bien nous fasse de partager notre vécu en tant que porteur d’implant cochléaire. Le cheminement de l’un ou de l’autre est unique mais il est pertinent de pouvoir échanger des mots sur la situation du moment pour solidifier la  confiance en soi. La moindre miette de progrès est importante à ingérer pour savourer la bonne communication.

   C’est : ce qui s’est passé le 12 novembre dernier à l’IRDPQ avec un petit groupe de gens en réadaptation. Si mes dix ans d’expérience vous ont été salutaires qu’on se le dise, de par l’invitation de madame Anne Rochefort psychologue de me joindre à vous fut pour moi, une occasion renouvelée d’apprécier encore et davantage ce cadeau de la vie qu’est l’implant cochléaire reçu un 29 janvier 2004.

Merci à vous messieurs dames d’avoir partagé un pan de votre vie avec autant d’émotions. Sachez qu’il est essentiel de vous accorder le temps nécessaire, laissez-vous guider en toute confiance par vos intervenants dans cette aventure cochléaire, ils ont de par leur expérience en tant que professionnel en la matière, une foule de stratégies pour vous faciliter l’apprentissage avec votre nouvelle technologie. Gardez foi en vos capacités dans la quête de votre autonomie par l’audition, l’avenir saura être garant de tous vos efforts conjugués.

 Bonne communication!

 Nicole Côté bénévole implantée

  “Qu’importe la surdité de l’oreille quand l’esprit entend ?

La seule surdité, la vrai surdité, la surdité incurable, c’est celle de l’intelligence”  

-Victor Hugo-

 

Andranne et maman Bonjour chers implantés, implantées et parents d’enfants implantés,
 
Je me présente, Andréanne Ouellet-Gagnon j’ai 21 ans et je suis récemment diplômée en Techniques de santé animale au cégep de La Pocatière. Je souhaite partager avec vous mon expérience vécue avec ma surdité.
Jeune enfant, on a découvert ma surdité qu’à l’âge de 2 ans. J’ai fait partie du programme 0-4 ans de l’IRDPQ pour apprendre le français signé (langage des signes) qui me permettait de communiquer avec mon entourage. En avril 1998, ma mère et moi apprenions que je serais une bonne candidate pour recevoir un implant cochléaire. Comme j’allais commencer la maternelle vaudrait mieux être implantée avant la rentrée scolaire.

milie Portugal t 2014      
C'est pendant six merveilleuses semaines que j'ai pu, moi, Émilie, en apprendre plus que ce que je n’aurais pu imaginer au sein de l'Association des Implantés Cochléaires du Québec. Étudiante en gestion au Cégep de Ste-Foy, je n'aurais jamais pensé être autant impliquée dans le travail de l'Association lors de mon stage.
       
 

Mon stage à l'AICQ
 
Roxane ThiLorsque je suis entrée pour la première fois dans les bureaux de l’AICQ pour mon entrevue, j’ai immédiatement été charmée par l’accueil chaleureux de la coordonnatrice, Diane Harton. Je me sentais déjà à ma place alors que je n’avais même pas encore été sélectionnée! Pour dire que je le voulais cet emploi!